Histoire et environnement

SITUATION

Hannut est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Liège, en Hesbaye. La commune de Hannut comporte 17 villages, outre le chef-lieu. Hannut se situe en Moyenne Belgique, à 65 km de Bruxelles, 35 de Liège, 30 de Namur et 23 de Huy. L'autoroute E40 passe au nord et à l'est de la commune (5 à 10 km), Hannut est en outre traversée par la RN 64 (Tirlemont-Huy), la RN 80 (Namur-Hasselt) et se trouve à l'extrémité de la RN 240 la reliant à Wavre. Inauguré à la fin d'année 2006, le RAVEL (Réseau autonome des voies lentes) traverse la commune hesbignonne de la frontière linguistique jusqu'à la commune de Braives.

HISTOIRE

Globalement peu concernée par les études historiques et les opérations récentes d'archéologie préventive, Hannut mériterait pourtant qu'on s'y intéresse de plus près. La région fut habitée dès la Préhistoire, largement romanisée sans doute, et cité importante du duché de Brabant au Moyen Âge. Depuis l'élargissement des territoires français, espagnols ou hollandais, à l'échelle européenne, Hannut est plongée dans une sorte d'éclipse historique qui occulte un passé ancien. La région est fréquentée dès le Néolithique, comme en attestent des découvertes réalisées aux XIXe siècle ; la richesse des terres est en effet favorable aux premières expérimentations agricoles de cette période. Une voie romaine capitale traverse le sud de la commune, tandis que des tombes jalonnent les diverticules ; la présence romaine est confirmée à de multiples endroits, jusque dans la toponymie de Villers-le-Peuplier. Toutefois, l'essentiel de la Préhistoire et de l'Antiquité de la commune a échappé aux archéologues. Seules des découvertes fortuites ou des prospections de surface témoignent d'une occupation du sol. Au XIIe siècle, la ville fait partie intégrante du duché de Brabant. Le Duc Henri Ier de Brabant confère à Hannut les droits d'une ville. Les rues de Thouars et du Rempart Saint-Christophe témoignent encore, jusque dans leur tracé, de l'existence d'une enceinte médiévale. Un château aurait dominé la ville à partir du XIIe siècle, il est mentionné dans une charte en 1222. Il était situé à l'endroit occupé actuellement par l'Institut Saint-coeur-de-Marie. Après la bataille de Steppe, en 1213, Hugues de Pierrepont, prince évêque de Liège, fit brûler la ville. Du Moyen Âge, il nous reste entre autres l’église, probablement une partie du "couvent des dames", et surtout une statue de saint Christophe portant l'enfant Jésus, conservée en l'église du même nom. La fin du Moyen Âge et la période contemporaine voient se déplacer les épicentres du pouvoir vers Bruxelles, Liège, Paris : les anciennes frontières entre les duchés perdent de leur importance stratégique . Au XVIe siècle, on compte une vingtaine d'habitations. Au XIXe siècle, les dernières portes et les remparts sont abattus et les gravats sont utilisés pour combler l'étang (flot) qui se trouvait sur la Grand Place. La construction des grand-routes (nationales 80 et 64), l'arrivée du train (ligne 127, Huy - Landen) puis de trois lignes de tram vicinal au début du vingtième siècle contribuent au développement intense de la ville, devenue un centre important de la région. La première bataille de chars de la Seconde Guerre mondiale porte son nom.