Histoire et environnement

Situé en bordure du bois de la Haute Marlagne, l'endroit fut défriché et essarté (d'où son nom de Sart) par des bûcherons, notamment au début du XIIe siècle, lorsque la construction de l'abbaye de Floreffe par saint Norbert, nécessitait beaucoup de bois. Petit village du bûcherons à l'origine, il devint rapidement agricole car dès 1126 le comte de Namur Henri Ier l'Aveugle donna la propriété des terres à ceux qui les cultiveraient avec leur propre charrue. Depuis le début du XXe siècle, la démographie n'a que peu évolué: 448 habitants en 1932, 476 à la fusion des communes en 1976. La superficie de Sart-Saint-Laurent en fait la plus vaste section de la nouvelle commune, après Fosses même: les terres sont encore très largement agricoles. Le village compte de nombreux lieux-dits aux noms pittoresques : Haie Madame, Froide Bise, Croix du facteur Dirète, Golvin, Rouge Grange, Le Bîjart, li Bwès Tatî, Pré al clé, Neuve Maison, Rouwale aux Colèvrots, Timansart, Ruelle aux Corbeaux, etc.